On vous rappel
phone 02 97 59 15 51
Nous appeler
 
bureau veritas

Réforme formation professionnelle : notre point

Enjeux et impacts de la réforme de la formation professionnelle 

 

Adoptée le 5 septembre 2018, la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » réforme en profondeur le système de formation professionnelle et d’apprentissage. Nous faisons le point sur les enjeux de cette loi, et les changements qu’elle entraîne.

 

Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle

La réforme de la formation professionnelle a été proposée suite à un constat : le marché du travail, les métiers et les formations qui débouchent sur ces métiers évoluent. L’objectif est donc d’adapter le système de formation professionnelle actuel afin qu’il réponde aux enjeux économiques de demain.

 

Trois pistes de réflexion orientent la réforme dans ses changements :

  • Avec le numérique qui investit tous les domaines, le marché du travail subit actuellement une profonde transformation. La réforme propose de poursuivre cette dynamique en adaptant les formations pour adulte, notamment en termes de droits, contributions, gouvernance, etc.
  • Incidemment, il faut donc permettre aux entreprises de s’adapter de concert à la profonde transformation des métiers.
  • Les modalités d’apprentissage doivent donc évoluer de même, afin de répondre aux besoins des entreprises en termes de compétences. La réforme doit cependant garantir la qualité de l’offre de formation.

 

Les changements pour les entreprises et les salariés

La finalité de cette réforme est de prioriser les compétences : les compétences des salariés, mais aussi des entreprises en leur donnant les moyens de favoriser la progression professionnelle des salariés.

Concrètement, l’accès à la formation va être facilité. Pour les salariés, l’un des points majeurs de la réforme concerne la « monétisation » du compte personnel de formation, à 15 euros l’heure. Fini donc les barèmes variables selon la filière. À l’application de cette mesure en 2020, les comptes seront alimentés annuellement à hauteur de 500 euros pour toute activité à mi-temps ou plus.

Les entreprises ne sont pas en reste. L’ensemble de leurs contributions sont mutualisées afin de mieux répartir le financement de la formation professionnelle des salariés, notamment des petites entreprises.

Les enjeux et changements de la réforme sont ainsi multiples. Développer les compétences, responsabiliser les individus, refondre la gouvernance de la formation et de l’apprentissage… Suivez la mise en application de la réforme de la formation professionnelle, qui s’échelonne jusqu’en 2021.